Menu
Create Custom Side Menus
La Plume Sauvage Editions | Solstice d’hiver de Dorothée Alliot Gonçalvez
2439
post-template-default,single,single-post,postid-2439,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.13, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,grid_1200,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Solstice d’hiver de Dorothée Alliot Gonçalvez

Solstice d’hiver de Dorothée Alliot Gonçalvez

Dans la nuit de Décembre, dans les heures lentes des soirées d’hiver, j’écoute Madredeus et je voyage dans mes racines, au cœur de la Terre Mère, de ma Pacha Mama.

Je m’élève par la musique, le va et vient long des archets sur les cordes des violons et la voix de Teresa, vibrations sacrées qui résonnent au plus profond de mon corps, m’accordent.

*

*

Je retrouve mes sons, mes accents, ils sont si familiers à mon oreille. Je reviens à moi et m’allume de grands frissons.

L’accordéon, les mandolines, les yeux noirs de Teresa, son visage rond, ses lèvres généreuses et ses longues robes des Femmes du sud d’un autre âge.

Sur les incantations célestes de Teresa, je suis dans mes racines, dans les grottes de la Terre, dans les profondeurs de ma lignée, dans mes paysages intérieurs graphiques et sonores, dans les peintures et les mélodies de ma langue et de mon âme.

C’est la matrice à laquelle j’appartiens.

Et, l’esprit reposé, je vais sur les cris suaves comme des prières.

*

 

*

Je vais jusqu’à la mer en écoutant Ao longe o Mar, et je pleure des larmes chaudes de réconciliation. Je grimpe aux arbres et m’envole en moi sur O Sonho, dans des nuages joyeux de plumes. Et sur le rythme du Pastor, comme un battement de cœur affolé, mon âme est au septième ciel, en extase.

Je suis Teresa, je vis ses cantiques qui célèbrent la Vie.

Tout me reconnecte à l’élégance et à la douceur féminine, à l’amour inconditionnel pour toutes les Femmes, à l’alliance de toutes les mamas, madres, maes, maman, mères et filles, à la Lumière de nos regards d’amour.

Elles sont ici les Lumières de Noël, dans les yeux des Femmes et des petites filles que nous avons été et qui rêvent, dans les yeux de celles qui enfantent et qui créent, inspirées.

On y voit des étoiles filantes, des paillettes de magie divine, des constellations dans le silence.
Silence des nuits de Décembre, autour du feu qui crépite dans l’âtre, dans le rayonnement des feux de l’être.

Des millions d’enfants réunis dans la chaleur d’une Femme, car chaque famille présente en son centre une dame, une grande âme, qui d’âme à âme nous relie. Toutes uniques et multiples. Multiples Teresa aux voix douces et puissantes.

Autant de Femmes, autant de familles, autant de constellations, autant d’astres brillants dans le fir-maman de l’Humanité.

*

*

Joyeuses fêtes de la Nativité, joyeuses fêtes de la famille, joyeuses fêtes de l’amour maternel et féminin, joyeuses fêtes mes sœurs.

 

mandala1

*

*

*

Texte de Dorothée Alliot Gonçalvez

Musique et Vidéo: Madredus

Photo: Source inconnue

Peinture: Mandala crée par Dorothée  en atelier  avec Sandrine Rouillon

Voir la fiche auteur de Dorothée Alliot Gonçalvez

laurence konieczny

La Plume Sauvage, directrice de la publication et éditrice

No Comments

Post a Comment