Menu
Create Custom Side Menus
La Plume Sauvage Editions | L’espoir… après le 13 Novembre 2015 de Sandrine Rouillon
2272
post-template-default,single,single-post,postid-2272,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.13, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,grid_1200,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

L’espoir… après le 13 Novembre 2015 de Sandrine Rouillon

L’espoir… après le 13 Novembre 2015 de Sandrine Rouillon

« L’espoir porte un costume de plumes, se perche dans l’âme

et inlassablement chante un air sans paroles;

mais c’est dans la tempête que son chant est le plus doux ».

Emily Dickinson

 

Depuis les évènements du 13 Novembre dernier à Paris, nous avons traversés l’état de choc, puis de tristesse, d’injustice et parfois d’impuissance. Aujourd’hui, nous nous relevons petit à petit, LA VIE reprend ses droits, et nous cheminons vers une autre humanité, une autre fraternité.

Les plus grands défis sont aux portes de cette humanité naissante, (celle d’après…), celle des valeurs, des droits, de l’espoir, de la liberté!

*

Choisir la PAIX plutôt que la violence,
Choisir la TOLERENCE plutôt que l’extrémisme
Choisir le COURAGE plutôt que la peur.

*

Qu’est-ce qui peut advenir dans le Cœur d’un être humain pour arriver à un tel déni de la vie, notre bien le plus sacré ? Quel degré de souffrance ? De non reconnaissance? De non but, de non sens pour engendrer autant d’ombre en une personne, quelque soit son origine, son sexe, sa nationalité, son âge? Où en sommes-nous chacun d’entre nous avec nos pensées, nos croyances, notre violence intérieure ? Comment notre société peut-elle engendrer de telles horreurs ? Qu’avons-nous laissé faire ? Qu’avons-nous refusé de voir en ce monde ?

sandrine en Mongolie

Ce matin, en écoutant la merveilleuse émission de Jean Claude Ameisen, « Sur les épaules de Darwin » sur France Inter, c’est comme si ma vision des choses s’élargissait, prenait une vue d’ensemble, de distanciation de notre terrible actualité.

En citant « Malala Yousafzai » prix Nobel de la Paix en 2014, fervente combattante de 17 ans pour la défense de millions d’enfants dans le monde, je comprenais que notre grande responsabilité est de laisser faire, de rester spectateur du non droit de ces enfants du monde.
Droit à la santé, droit à la sécurité, droit à l’éducation, droit de grandir au milieu de leur famille, droit de vivre, droit de jouer, droit de rêver, droit d’être un enfant !

Le comité Nobel a reconnu l’importance fondamentale des droits de l’enfant pour l’avenir de notre monde.

Ghandi disait : « Si nous voulons enseigner la véritable paix en ce monde, il nous faudra commencer par les enfants ! »

Enfants en mongolie...

Martin Luther King, le 11 décembre 1964, dans sa quête de justice et de paix, nous offrait ce message :

« Ce soir, je voudrais utiliser cette plate-forme haute et historique pour discuter de ce qui me paraît être le problème le plus pressant face l’humanité aujourd’hui.

L’homme moderne a apporté tout ce monde à un seuil grandiose de l’avenir. Il a atteint de nouveaux sommets et étonnantes de succès scientifique. Il a produit des machines qui pensent et instruments qui scrutent les gammes insondables de l’espace interstellaire. Il a construit des ponts gigantesques pour couvrir la mer et des bâtiments gargantuesques embrasser le ciel.

Pourtant, en dépit de ces progrès spectaculaires de la science et de la technologie, et encore illimités ceux à venir, quelque chose de fondamental est manquant. Il y a une sorte de la pauvreté de l’esprit qui est en contraste frappant à notre abondance scientifique et technologique. Le plus riche, nous sommes devenus matériellement, les plus pauvres nous sommes devenus moralement et spirituellement. Nous avons appris à voler l’air comme des oiseaux et nager comme les poissons de la mer, mais nous n’avons pas appris l’art simple de vivre ensemble comme des frères.»

Alors par ou commencer ? Combien de fois avons-nous entendu les actualités nous relatant des attentats dans des parties du monde bien éloigné de chez nous ? Comment avons-nous réagi ? Nous sommes nous sentis concerné ?
Mais là à Paris, d’un seul coup, tout cela devient une triste réalité, un effroi, et nous voilà tous impliqué.

Pourrions nous supporter les horreurs, l’esclavage sexuel, les enfants dans des carrières de mines dès le plus jeune âge, si cela se passait à nos portes ? Non bien sur… Et que deviennent ces enfants endoctrinés, battus, violentés ? Qu’on-t-ils à partager, si ce n’est l’horreur de leur vie ? Que faisons-nous ? Qu’attendons-nous ? Combien d’enfants allons-nous laisser sans secours ?

Merci pour eux...

Chaque enfant compte, refusons cette passivité, ces horreurs n’ont pas de place dans le monde que nous choisissons de créer aujourd’hui!

Certains des « criminels » des attentats de Paris, sont nés en France, oui, ils ont suivis une scolarité « normale », oui, ils avaient une famille, oui, alors, qu’est-ce qui peut expliquer que chez nous aussi on deviennent des êtres sans âme, sans aucune limite, aucune once d’Amour pour l’autre et pour soi, puisqu’ils vont jusqu’à donner la mort et meurt à leur tour.Ils offrent leur vie à une pseudo cause qui à un moment leur a fait retrouver, un sens, une appartenance, une valorisation d’eux même. Sommes nous à ce point malades pour engendrer cela?

Dans quelques jours, les plus grands décideurs du monde vont se réunir, c’est une occasion unique d’unir le monde avec la plus grande compassion qui soit. De prendre des décisions pour que notre Terre soit respecter ainsi que tout ceux qui la peuple, tous les règnes, tout le vivant, du végétal au minéral, le respect des animaux et toutes les espèces vivantes. Nous humains à notre juste place, pour une vie équilibrée et harmonieuse ensemble.

L’obscurité ne chassera pas l’ombre, seule la Lumière peut y parvenir.

La haine ne chassera pas la haine, seul l’Amour peut y parvenir.

Notre « guerre » elle est là, notre combat est celui d’être ambitieux, audacieux et acteur de la paix.

***

*

Texte: Sandrine Rouillon

Photographies: Voyage en Mongolie de Sandrine Rouillon

Voir la fiche Auteur de Sandrine Rouillon

laurence konieczny

La Plume Sauvage, directrice de la publication et éditrice

1 Comment
  • Sylvie pinettes
    Répondre

    Merci pour se message, je suis très sensible à l’avenir des enfants et mon coeur est aussi ouvert à apporter ma contribution… je te remercie pour ce témoignage, appel à L’Amour et à ton implication !
    Sylvie

    3 décembre 2015 at 20 h 23 min

Post a Comment