Menu
Create Custom Side Menus
La Plume Sauvage Editions | « L’enfant intérieur de Saint Petersbourg » de Dorothée Alliot Gonçalves
3815
post-template-default,single,single-post,postid-3815,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.13, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,grid_1200,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

« L’enfant intérieur de Saint Petersbourg » de Dorothée Alliot Gonçalves

« L’enfant intérieur de Saint Petersbourg » de Dorothée Alliot Gonçalves

Je respire profondément et j’y vais. Tout lâcher. Laisser aller mes doigts sur le clavier, laisser aller ma vie là où elle doit aller, laisser aller mon cœur dans toutes ses expériences.

Ce soir, tout s’emballe. J’ai envie et besoin de tout dire en même temps, et dans ma poitrine, je sens que ça s’agite. « Je veux sortir en premier ! »  « non, moi d’abord ! »

Au dehors, c’est la liberté, le vent dans la steppe, les grands espaces vierges. Ce soir, j’ai envie de faire un pas de plus sur ce territoire qui est le mien, aller à ma rencontre.

Je suis la reine d’un royaume que j’ai connu il y a bien longtemps et que j’ai perdu. A l’époque, je posais sur mes épaules une jupe de velours turquoise qui devenait ma cape. Je régnais dans mon monde, dans un palais très beau que moi seule connaissais et où je me sentais bien. La jupe de velours turquoise n’existe plus, et mon palais a disparu. J’ai grandi.

Mais ce soir, c’est le moment de voyager en enfance, de laisser revivre la petite fille créative, artiste, rêveuse que j’étais. La première à sortir là voilà. Je m’appelle Odessa.

Ce soir, je suis tsarine. Je danse sur le parquet ciré de mon palais d’hiver à St Petersbourg. C’est un palais vert et blanc. Par les grandes fenêtres, je vois tomber la neige sur la Neva et scintiller les colonnes. Les coupoles des églises s’arrondissent dans le ciel et il me semble qu’elles dansent avec moi. Des flocons doux se mêlent à mes cheveux et aux plis du velours bleu de ma robe. J’y suis.

Tout brille autour de moi, les ors des lustres, des miroirs, des carafes. Je danse dans les odeurs de rose, de pomme, de cannelle et d’encens.

J’ouvre les fenêtres et le froid me prend. Il m’emmène avec lui dans les nuages, m’enveloppe d’une couverture merveilleuse de petites étoiles sur fond d’espace. Je ne suis plus qu’un esprit en extase.

st-peter-3

Au loin, j’entends la harpe et le violoncelle et toute une ronde de violons qui m’appellent « tu nous manque, reviens ! ». Je ris. Petite princesse vêtue de nuit et de vent.

Je ne veux pas redescendre déjà, non. Je veux voir plus loin, au-delà de l’île Vassilievski, au-delà de la Baltique, au-delà du grand Nord. Et voir à l’intérieur des grandes glaces du fond des âges. C’est de là que je viens, petite fille de l’hiver.

Chercher les glaces arc en ciel, me blottir contre elles comme une enfant privée de sa mère depuis l’éternité. M’abreuver de couleurs, de nacre et d’opale, m’en faire des colliers. Et puis bercer mon cœur d’enfant au chant doux des cristaux qui murmurent une berceuse : « dors, dors mon enfant, ta petite mère est là, près de la fontaine ».

J’ouvre les yeux et je la vois, telle une icône, auréolée d’or, parée de pierres précieuses. Elle penche son visage, cherche mon regard et me retrouve dans mon océan de solitude. Sa peau est fine et claire, j’y vois en transparence l’histoire de sa vie, l’histoire de la vie, l’histoire du monde.

 

st-peter-1

 

Les faïences et les émaux s’envolent en ballet, tournoient et se posent, dessinant sur les murs de nouveaux dessins jamais imaginés. Ils ont la couleur du rêve et le velours de la tendresse. Des bougies s’allument et éclairent un nouveau ciel parme. Des cygnes déploient leurs ailes d’étain et de vermeil. Il pleut des gouttes d’ambre, rayonnantes et translucides.Puis tout s’apaise.

C’est ici que je veux vivre, c’est ici que la symphonie de ma vie résonne, juste et subtile.

Et c’est ainsi que dans le creux de mon cœur, on trouve désormais un palais, des lacs gelés, des flocons d’argents, des branches de houx, des lettres cyrilliques et Odessa qui danse. Et dans ce décor précieux tel une iconostase, je m’agenouille devant ce visage qui est devenu le mien.

 

Texte de Dorothée Alliot Gonçalves

Photos: Source inconnue

Voir la fiche auteur de Dorothée Alliot Gonçalves

 

laurence konieczny

La Plume Sauvage, directrice de la publication et éditrice

No Comments

Post a Comment