Menu
Create Custom Side Menus
La Plume Sauvage Editions | « Le chant est ouvert, la voix est libre » de Sandrine Honorine
3255
post-template-default,single,single-post,postid-3255,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.13, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,grid_1200,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

« Le chant est ouvert, la voix est libre » de Sandrine Honorine

« Le chant est ouvert, la voix est libre » de Sandrine Honorine

Le chant est ouvert, la voix est libre…

Douce journée grise sur Paris..

Fin de matinée banale et pourtant si extraordinaire, si oxygénée..

Je sors de ma cinquième leçon de chant aujourd’hui, et si autrefois il me semblait traverser les rues de Barbés avec un peu d’appréhension et de tension, aujourd’hui un nouveau souffle est né. Plein d’amour et de compréhension, plein d’espoir et d’ambition.

Ce souffle, qui embrasse l’environnement et accueille tout ce qui s’y trouve, laisse passer en moi un nouvel air, une nouvelle énergie pénétrant tout mon corps de sa fluidité, sa légèreté, sa grâce.

Mon professeur,Juan, est sans aucun doute le maître que la disciple indisciplinée que je suis attendait depuis fort longtemps. Plus qu’un professeur, il est un guide, celui qui pour moi ouvre le champs, pour libérer la voie…

Non , nous ne commencerons pas par ce qui est joli. Non, nous ne nous attacherons pas au magnifique timbre de voix auquel nous aimerions tant accéder immédiatement, « Non Sandrine » m’a t-il dit. D’abord il nous faut aller chercher ta voix. Et c’est, pas à pas, ce que nous avons fait. Ensemble, dans la bienveillance et la confiance mutuelle, nous avons travaillé et sommes aller à la rencontre de cette voix, ou plutôt devrai-je dire de ces voix, car je l’ignorais, mais les voix sont très nombreuses. D ‘ailleurs, certaines d’entre elles m’ont surprises,tant par leurs caractères inconnus, leurs beautés ,que leurs accès parfois très difficiles.

Et quel voyage dans les profondeurs de mon être !

 

424765_chant2005100X80cm

 

Je ne me saurai pas vraiment douter qu’en apprenant à chanter, j’allais pouvoir enfin m’autoriser à exister dans toute ma complétude, dans toutes mes dimensions. Lumière, obscurité, aisance, maladresse, confiance, doutes, amour, peur, beauté, répugnance, douceur, colère, présence, spiritualité, douleur, guérison, à travers le chant tout se mélange en un tout harmonieux. Un tout qui réconcilie, un tout qui devient immortel, omniprésent.

Respirer, trouver sa propre posture, son ancrage, être dans le présent et se servir de tout son corps et de toute son âme pour libérer la voix, et parfois libérer le cri… Une renaissance !
Oh mon dieu… Je ne m’étais jamais autorisée à crier, je ne m’étais jamais autorisée à accueillir mes ombres pour y mettre un peu de lumière. Je ne savais même pas quoi en faire. Et voilà qu’un guide apparaissait, en me rappelant mon droit d’exister, mon droit de m’exprimer, d’être dans toutes les occasions, même dans les moments les plus douloureux, les plus dérangeants…

« Je chante, je suis et je vous emmerde ! »

Aujourd’hui je peux enfin revendiquer ce que je suis sans tabou, sans chichis… Car j’ai trouvé ici un pur terrain d’expression.

Je crois commencer à comprendre le sens d’aller au fond de soi, même si j’ai du n’en expérimenter qu’une infime partie. Mais qu’il est grisant d’avoir pu constater tous les changements positifs survenus dans ma vie depuis que j’ai commencé à prendre contact avec ma voix. Acceptation de soi, affirmation de soi, envie d’être plus audacieuse, plus vraie, plus à l’écoute, amélioration du rapport à soi et donc du coup aux autres, plus de compassion, prise de plus d’initiative…

Le Chant est ouvert, la voix est libre.

Ces deux dernières années, plus que d’autres, j’ai fait une totale confiance en la vie. Je suis sortie de ma zone de confort, et je me suis laissée traversée par son flot. Car finalement c’est la vie elle même qui me transporte sur ses eaux, me faisant voyager et m’amenant toujours à bons ports. Alors je continue de naviguer et aujourd’hui je le sais :

Le champs est ouvert, la voie est libre.

34

Texte de Sandrine Honorine

Photos: source inconnue

Voir la fiche auteur de Sandrine Honorine

laurence konieczny

La Plume Sauvage, directrice de la publication et éditrice

No Comments

Post a Comment