Menu
Create Custom Side Menus
La Plume Sauvage Editions | « La malle à être » de Sylvie Hugon
3754
post-template-default,single,single-post,postid-3754,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.13, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,grid_1200,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

« La malle à être » de Sylvie Hugon

« La malle à être » de Sylvie Hugon

Je remonte le temps
et me revois avoir sept ou huit ans.
Je rêvais déjà d’un monde clément
où il n’était pas question de temps,
encore moins d’argent mais juste d’instant.

*

Celui dans lequel on est,
afin de le vivre dans son entièreté.
Quel privilège que de pouvoir rester accoudée,
des heures durant, à la fenêtre du grenier
à regarder l’immensité, la beauté de ce ciel d’été
où seuls quelques nuages glissaient,
ou bien de découvrir dans les vieilles malles entassées,
comme une richesse cachée,
toutes les étoffes portées, les photos des générations qui nous ont précédées.
 *
Les années se sont écoulées, et  je me retrouve là, à songer
à cette fenêtre,  accoudée,
après avoir ré ouvert toutes les malles du passé.
Que de trésors découverts, que de secrets dévoilés
Qui ne demandent qu’à être partagés
Avec tous ceux qui sont dans cette quête vers…

*

Dans chacune d’elles, un message délivré,
une réponse à une question, jadis, envoyée à l’Univers…
Alors, tout prend sens,
tout se ressent.
Rien ni personne n’arrive par hasard !
Plus question de se repasser toutes les histoires vécues,
de vouloir essayer d’en modifier l’issue
car tout ce qu’il s’est passé
est juste parfait.

*

Une succession d’expériences,
desquelles  en découle une richesse immense.
Des rencontres, des départs,
tout cela crée l’histoire.
Continuer à s’aimer au delà des regards posés,
réussir à dénouer tous les liens qui nous ont attachés.
Savoir reconnaitre ses peurs,
 apprécier toutes ses qualités, ses valeurs.
Admettre que tout commence en nous
et que nous sommes ce Tout.

*

Je me rends, alors, compte
Que tout ce mal être de par le mouvement s’estompe
 et laisse, en cet instant, la place au «  je suis ».

 

34

Un texte de Sylvie Hugon

Photo: source inconnue

Voir la fiche auteur de Sylvie Hugon

laurence konieczny

La Plume Sauvage, directrice de la publication et éditrice

No Comments

Post a Comment