Mandala de la Route du Coeur #Textes Atelier d’écriture

Mandala de la Route du Coeur #Textes Atelier d’écriture

Voici un petit mandala de cueillette matinale pour faire frétiller votre Âme !

 

La route du Cœur ?
Une Déambulation féconde
Des mille et une nuits…

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Laissez infuser les mots en votre Cœur.
Jouez avec les sons et les images.
Écrivez en toute liberté, sans vous brider et dans la Joie !

***

Découvrez les textes des auteures de la Tribu
et du groupe Facebook « Ton histoire est ton pouvoir. Faisons entendre la voix des femmes »

Sur la route sinueuse de la vie, après mille déambulations qui m’ont menées en des lieux sombres habités par les dragons, j’ai trouvé un petit chemin, au hasard d’un croisement, et je l’ai emprunté.

Après plusieurs journées où j’ai foulé pieds nus le sol de ce sentier, mon cœur m’a parlé, tout doucement.
Je ne l’ai pas d’emblée reconnu mais il y avait cette délicatesse avec laquelle il m’annonçait les mille embûches, la joie qui faisait tressauter sa voix quand il me disait « va par là, et une surprise te ravira ».

C’était lui, mon nouveau guide.


Et une soirée de pleine lune, alors que je préparais mon nid pour me reposer quelques jours et nuits, une pluie d’étincelles m’a enveloppée et j’ai vu comme la nature est féconde.

Mon pèlerinage était terminé.

Il m’avait livré son message : La Vie est féconde à la mesure où tu écoutes ton cœur.

Claire Gason

***

C’est à ma quarantième année que j’ai commencé une déambulation, cette marche déséquilibrante, moi qui est marché toutes ces années à côté, sans savoir qui j’étais, j’écoutais tellement bien les autres.

Jusqu’à ce jour de licenciement, suivi du jour de séparation, divorce, déménagement, me retrouvant seule avec mes deux enfants, suivi du jour du décès de ma maman, la plus difficile épreuve pour moi, celle de la petite fille seule…

Les masques se déposaient sans que je comprenne; au fur et à mesure, je descendais vers les fonds et les profondeurs. Je déambulais en laissant cette enveloppe qui ne me correspondait plus. Puis à chaque pas, jour après jour, je déambulais de ces profondeurs pour remonter voir des couleurs.

Voilà ma déambulation féconde, ma renaissance pour la deuxième fois, je suis Moi vers la route de mon cœur, riche de mes expériences et de mes apprentissages sur mon chemin de vie, riche de rencontrer celle que je Suis dans l’amour, la lumière et la paix que je vis aujourd’hui.

Oui, j’ai passée mille et une nuits à regarder le ciel, à parler, à confier mes peines, mes doutes, mes peurs, mille et une nuits à lire, à écrire, à pleurer, à penser, à méditer, à jardiner, pour voir aujourd’hui que je suis à ma place, comme les étoiles et les fleurs, voir les belles couleurs de lumière celle de mon cœur, aujourd’hui j’écoute mon cœur, je m’écoute….

Catherine Jean

Des milles et une nuits, je me souviens d’où je viens,
Il fait froid, à première vue tout paraît inhospitalier et je deviens austère, cependant une force inébranlable, la Foi me garde,
Alors je marche, j’erre, j’avance, je recule.

Au fil de mes déambulations, je respire ces odeurs déjà connues,
J’inspire la brise nouvelle, je me découvre, c’est pas facile d’oser cette nudité.
J’expire ce qui ne sert plus, je vide les faux semblants, dur de se séparer.

Tout à coup, je deviens légère…
Comme l’Air, personne ne me possède et je ne possède rien, je vais où je veux.
Comme la Terre, je suis solide, j’accueille, je trie,je partage.
Comme le Feu, j’affronte, je destructure, guerrière, je suis Homme.
Comme L’Eau, j’ondule, je m’écoule, insaisissable, rien ne m’échappe, je suis Femme.

Tout se déjoue, se joue, se rejoue, oui je m’amuse, je réapprend autrement, je grandis.
Pourquoi ?
La nature humaine me fascine, me bouleverse, je veux comprendre.
Je veux apprendre D’Elle, de Moi.
Je veux atteindre le Soleil et le faire revenir en pluie d’Etoiles sur le Monde.
Sur la route du Cœur, connaître enfin L’Amour et me reposer.

Véronique Araujo

***

Pour moi, la route du coeur a toujours ressemblé à une déambulation permanente et sans fin.

J’errais et j’erre encore comme une âme en peine.

Peu à peu, je me déleste de mes chaînes, déposant le long du chemin mes lourds fardeaux du passé.

Je cherche l’amour dans mon couple sans vraiment y croire. Aimer, m’aimer c’est encore bien difficile !

Je rêve ma vie et m’envole souvent au pays des mille et une nuits.

Ma quête d’amour est incessante, sera-t-elle un jour féconde ?

Féconde, je ne le suis plus au sens biologique du terme. Pourtant, je sens dans mon bas ventre cette envie irrépressible de me sentir devenir Femme chaque jour davantage.

Je palpe la vie en moi, la Vie, ce cadeau du « ciel » que j’honore avec beaucoup de gratitude chaque matin à mon réveil.

Catherine Launay

 

Vous aimez un peu, beaucoup, passionnément écrire ?

  • Avez-vous dans vos tiroirs un carnet d’écriture que vous avez laissé en friche, par manque de temps, de motivation ou de surmenage ?
  • Avec les beaux jours et vos vacances qui arrivent, aspirez-vous à vivre un temps pour vous, pour enfin retrouver votre Plume et la laisser vagabonder et écrire en liberté ?
  • Vous avez envie de retrouver une pratique d’écriture, un nouveau souffle d’inspiration, avoir un « cadre » pour propulser de nouveau votre élan créateur ?

Découvrez mon atelier d’écriture en ligne « 28 jours pour écrire avec ma muse »

 

Et si vous écoutiez l’appel de votre Âme ? # Petite Voix # Intuition

Et si vous écoutiez l’appel de votre Âme ? # Petite Voix # Intuition

Entendez-vous l’appel, le cœur battant ?

 

L’appel de votre Plume Sauvage, de femme libre et farouche qui ne veut plus rester silencieuses et veut révéler son Histoire au monde ?

Entendez-vous l’appel, le cœur brûlant ?

 

L’appel qui bouillonne en vous, vous pressant d’écrire, de ne plus vous censurer et de vous saboter, de finir votre livre, de créer votre entreprise, d’exprimer vos désirs puissants, même s’ils sont sombres, érotiques, dangereux, différents?

Entendez-vous l’appel ?

L’appel de votre âme qui veut enflammer votre créativité, donner de l’ampleur à votre voix de femme sauvage, donner des ailes à vos mots et votre histoire, qui veut chanter avec les anges, danser avec vos rêves ?

Entendez-vous l’appel ?

Cet Appel profond de votre âme qui n’aime pas les chemins connus et conventionnels, mais qui veut explorer courageusement des régions inexplorées, incultes, grandioses de vous-même ?

Entendez-vous l’appel ?

Qui vous dit que Notre monde est rempli d’âmes magnifiques, de femmes incroyables avec tant de dons créatifs et de sagesse?

Qui veut engager votre imagination au service d’une communauté, qui veut se lier à d’autres femmes pour partager une approche de la vie plus authentique, profonde, sacrée et qui veut briller et se révéler au Monde?

Êtes-vous une auteure, une artiste, une thérapeute, une militante, une voyageuse de l’âme, une globe-trotteur qui est prête à partager son message, son histoire, son expertise?

Si vous répondez oui à toutes ces questions, il se pourrait que vous trouviez au sein de La Plume Sauvage l’espace, le soutien et les conseils qui satisferont votre quête.

Alors Suivez cet Appel
Suivez-nous…

Rejoignez la tribu de la Plume Sauvage !

Entrez dans le Cercle!

Partagez votre Voix de femmes, votre Expérience et vos épreuves de femme,

votre Créativité de Femmes, Vos Dons, vos talents, vos rêves de Femmes,

votre Poésie, votre sagesse de Femmes, votre Spiritualité de Femmes!

Vous aimez un peu, beaucoup, passionnément écrire ?

  • Avez-vous dans vos tiroirs un carnet d’écriture que vous avez laissé en friche, par manque de temps, de motivation ou de surmenage ?
  • Avec les beaux jours et vos vacances qui arrivent, aspirez-vous à vivre un temps pour vous, pour enfin retrouver votre Plume et la laisser vagabonder et écrire en liberté ?
  • Vous avez envie de retrouver une pratique d’écriture, un nouveau souffle d’inspiration, avoir un « cadre » pour propulser de nouveau votre élan créateur ?

Découvrez mon atelier d’écriture en ligne « 28 jours pour écrire avec ma muse »

Cercle d’écriture en ligne du Solstice d’été : Écrire pour rayonner ce que je suis

Cercle d’écriture en ligne du Solstice d’été : Écrire pour rayonner ce que je suis

Je vous propose un cercles virtuel d’écriture créative et intuitive en ligne et EN DIRECT  !
D’abord pour VOUS retrouver, pour partager par l’union des cœurs et des âmes, cette sororité qui nous unit tout autour de la terre.

Puis, pour vous offrir des espaces sacrés où vous pouvez vous connecter à la magie profonde et puissante de votre écriture, de votre créativité et de votre Intuition.

En ce pas-sage de l’année, nous nous laisserons inspirer par les Feux de la Joie, la Célébration de la Lumière et de notre Soleil intérieur.
Nous écrirons pour « rayonner ce que je suis » et nous laisser inspirer par notre « flamme intérieure », la flamme de notre âme, de ce qui nous anime avec Passion.

Au programme: 2h30 / 3h d’échanges et d’écriture en DIRECT
Méditation du solstice, temps d’écoute intérieure et d’écriture, lectures et partage.

Pour y participer, il faut juste mettre « participe » à l’évènement Facebook  et vous recevrez une invitation à rejoindre une salle virtuelle le moment venu.

L’atelier sera enregistré en replay pour celles qui n’auront pu y participer.

ENTRÉE LIBRE !
GRATUIT

Au plaisir de partager ces moments,
Lumineusement

Laurence

Intuition et écriture : l’union sacrée

Intuition et écriture : l’union sacrée

Savez-vous que  l’union sacrée de l’intuition et l’écriture peut vous apporter des clés magiques pour écrire votre livre et réaliser tous vos projets d’écriture (blog,communication, entreprise, art…) ?

 

[no_blockquote text= »La majorité des gens pense que l’écriture est un processus rationnel et logique.  » text_color= » » title_tag= »h3″ width= » » line_height= » » background_color= » » border_color= » » show_quote_icon= »no » quote_icon_color= » » quote_icon_size= » »]

Nos professeurs, nos parents nous ont appris qu’écrire est un acte intellectuel difficile, qui demande du travail et du sérieux. Nous commençons notre carrière d’auteur en écrivant une rédaction ou une dissertation, puis en étant corrigé et noté. Vous comprenez alors qu’en étant ainsi jugé sur sa manière de s’exprimer, ce n’est pas forcément bien commencer sa carrière d’auteur !

Tous ces conditionnements scolaires imprègnent durablement votre rapport à l’écriture.

Puis si un jour, vous décidez d’écrire un livre, un mémoire d’étude, une projet d’entreprise, vous vous sentez bloqués et mal à l’aise; pire, il vous ai peut-être arrivé de mettre de coté un projet d’écriture, submergé par un sentiment d’échec et d’impuissance, tout simplement parce que vous pensez que vous n’arriverez jamais à l’écrire.

[no_blockquote text= »Le problème est que vous pensez votre écriture en terme de technique et de performance.  » text_color= » » title_tag= »h3″ width= » » line_height= » » background_color= » » border_color= » » show_quote_icon= »no » quote_icon_color= » » quote_icon_size= » »]

Lorsque vous commencez à écrire, vous pensez qu’il faut « écrire bien », « écrire comme untel, ou tel écrivain », écrire comme on fait une dissertation, écrire d’une manière narrative, avec des étapes de A à Z, écrire  selon certains critères stylistiques ou dans une certaine forme préétablie. Vous écrivez pour atteindre un résultat: un livre par exemple. C’est alors une énorme pression qui vous envahit, et peut aussi vous paralyser !

En fait, lorsque vous écrivez vous êtes un architecte mental, vous vivez dans votre tête et vous êtes tellement obnubilé par votre sentiment « d’écrire bien », que parfois vous n’y arrivez plus.

[no_blockquote text= »Et si je vous disais que l’intuition pouvait libérer votre écriture ? Si je vous disais que l’intuition pouvait apporter de nouvelles clés créatives à l’écriture de votre livre ?  » text_color= » » title_tag= »h3″ width= » » line_height= » » background_color= » » border_color= » » show_quote_icon= »no » quote_icon_color= » » quote_icon_size= » »]

Très jeune, adolescente  j’ai vécu la liberté intérieure que pouvez m’apporter l’écriture libre, spontanée, poétique. Je vivais tellement l’écriture de l’intérieur que je n’ai pas subi ces carcans: et même quand je devais écrire une dissertation, j’étais heureuse!  Quoiqu’il arrive, j’avais confiance dans mon processus d’écriture car je ressentais un sentiment de joie, de vitalité et surtout je me sentais vivante. Ce n’est que bien plus tard, que j’ai compris ce que j’avais vécu: j’avais été précocement mise en connexion avec le Flux, j’étais dans le Flow de l’energie créative.

Il s’est trouvé que durant mon adolescence, j’ai aussi vécu une profonde crise spirituelle associée à une dépression qui a été une des périodes les plus intense et artistique de ma vie. J’ai été alors en contact précoce avec la puissance créatrice et archetypique de mon subconscient et eu mes premières expériences d’écriture médiumnique. L’écriture intuitive a toujours fait partie de ma vie.

[no_blockquote text= »Aujourd’hui, je peux dire que l’intuition et l’écriture sont profondément liées et complémentaires.  » text_color= » » title_tag= »h3″ width= » » line_height= » » background_color= » » border_color= » » show_quote_icon= »no » quote_icon_color= » » quote_icon_size= » »]

Pour écrire, vous avez  besoin de votre mental, d’utiliser votre cerveau gauche mais vous devez  aussi savoir comment prendre soin de votre esprit créatif. Vous pouvez vous connecter à votre intuition, pour travailler de manière plus fluide, plus inventive et imaginative. L’intuition peut vous sortir de vos carcans mentaux, sociaux et familiaux.

Notre cerveau a tendance à tout diviser et compartimenter,  séparer l’inspiration et la logique, l’imagination et la narration. Mais sachez qu’il n’y a pas de séparation. Tout est UN.

L’intuition reste mystérieuse pour nombre d’entre nous. Elle est ce qu’on appelle notre « petite voix », cette voix intérieure « qui sait » déjà,  qui va vous prévenir d’un danger ou bien vous dire de vous méfier de telle personne.

Le problème est que la plupart du temps, on ne l’écoute pas. Et encore moins dans un processus de création ou l’écriture. Pourtant, l‘intuition et l’écriture sont des alliées de choix, si vous réussissez à les réunir et les conscientiser dans votre vie.

Notre intuition libère des idées, des visions,  des rêves. Elle nous permet des découvertes surprenantes, des connexions inattendues entre des univers complètement différents; elle nous ouvre à la visualisation, l’expérimentation et l’imagination. Elle nous guide non seulement dans notre écriture créative, mais aussi dans tous les domaines de notre vie.

La bonne nouvelle est que votre intuition est disponible 24h sur 24h, même quand vous dormez ! Oui, c’est le luxe de l’intuition: elle est disponible et accessible en vous ! Il suffit d’avoir les outils pour s’y connecter, et surtout d’entretenir cette relation régulièrement.

[no_blockquote text= »Selon moi, votre intuition peut se manifester sous la forme de votre Muse.  » text_color= » » title_tag= »h3″ width= » » line_height= » » background_color= » » border_color= » » show_quote_icon= »no » quote_icon_color= » » quote_icon_size= » »]

Nous croyons que notre Muse ne nous visite que de temps en temps, pour nous donner la grâce d’inspirations exceptionnelles et qu’elle se cache la plupart du temps. Mais cela n’est pas juste. Votre Muse est votre Energie créatrice en Vous mais aussi la personnification de votre âme et du Flux créatif Universel. Avec elle, vous pouvez naviguer entre les mondes terrestres et spirituels.

Si vous apprenez à rentrer en contact avec votre Muse/intuition, elle vous offrira des perspectives créatives illimitées. Elle vous apportera des informations et des réponses spécifiques et uniques tant pour votre vie que pour toutes vos créations.

[no_blockquote text= »Si vous êtes un.e passionné.e de l’écriture, un auteur, blogueur, entrepreneur, créateur, artiste, thérapeute, votre intuition est votre ressource la plus précieuse ! » text_color= » » title_tag= »h3″ width= » » line_height= » » background_color= » » border_color= » » show_quote_icon= »no » quote_icon_color= » » quote_icon_size= » »]

  • Votre intuition va vous permettre de dépasser vos résistances et tous vos conditionnements scolaires
  • Elle va vous aider a dépasser vos blocages et votre saboteur intérieur
  • Vous allez retrouver un flux créatif et vous sentir plus vivant, dynamique, dans l’élan de créer
  • Vous allez pouvoir écrire avec bienveillance envers vous même, sans vous juger et vous critiquer
  • Vous allez retrouver confiance, joie et vitalité dans votre écriture
  • Vous aurez des idées nouvelles et des réponses à toutes les questions que vous vous poser sur votre livre, vos écrits, vos créations et votre vie.

Prenez un moment avec vous même et posez-vous cette question:
  • Quelles sont les croyances que l’on m’a inculqué sur mon écriture ?
  • Quelle place à l’intuition dans ma vie ?
  • Est-ce que je l’utilise dans mon processus créateur ?

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]
[no_button size= »small » icon_pack= » » target= »_self » font_weight= » » text= »Je veux en savoir +  » color= »#ffffff » background_color= »#a222d8″ link= »http://laplumesauvage.com/ecours/ »]

Si vous sentez que vous bloquez devant la page blanche, que vous êtes trop rationnelle dans votre manière d’écrire et que vous avez besoin d’oxygène,de nouvelles inspirations et un nouvel élan créateur pour faire aboutir votre projet de livre, de blogging ou de communication, le programme d’atelier d’écriture en ligne « Ecrire avec ma muse et nourri mon inspiration sacrée  » est pour VOUS !

Ecrire avec ma muse est un programme d’écriture en ligne en 4 semaines qui va transformer votre relation à l’écriture et va vous permettre d’écrire avec une nouvelle énergie. A la suite des 4 semaines, vous ferez + confiance à votre processus intuitif et retrouverez la joie de créer. Vous pourrez trouver un cadre sécurisant, bienveillant et non jugeant pour écrire, de manière régulière, pour renouer avec la processus créatif et faire aboutir vos projets d’écriture.

Pour commencer à écrire, il suffit de retrouver le silence en soi #Inspirationsaudio

Pour commencer à écrire, il suffit de retrouver le silence en soi #Inspirationsaudio

« Il faut d’abord faire silence en soi et se laisser imprégner,

se laisser baigner dans l’Amour de Dieu »

Soeur Emmanuelle

 

Cette phrase de Sœur Emmanuelle m’inspire aujourd’hui pour vous inviter à écrire.
Prenez une feuille et un stylo.
Pour commencer à écrire, il suffit simplement de faire silence en soi.
Fermer les yeux.
Puis écouter cette petite pastille audio.
Simplement se retrouver dans son espace intérieur et s’accueillir avec bienveillance.
Se laisser fondre dans la silence de l’Être.
Rejoindre, plonger dans le grand Océan intérieur.
Se laisser guider, masser par le mouvement des Profondeurs.
S’abandonner à notre plus grande Dimension.
Rejoindre notre plus grande Splendeur.
Dans ce silence intérieur, laissez venir les mots, tels qu’ils viennent, sans vous juger.
Écrivez sans vous arrêter au moins 10 mn.
 
Puis partagez vos textes dans mon groupe Facebook : Ton Histoire est ton pouvoir – Faire entendre la Voix des femmes https://www.facebook.com/groups/tonhistoireesttonpouvoir (accès libre, après demande)

 [/vc_column_text]

Vous aimez un peu, beaucoup, passionnément écrire ?

  • Avez-vous dans vos tiroirs un carnet d’écriture que vous avez laissé en friche, par manque de temps, de motivation ou de surmenage ?
  • Vous sentez vous bloqués devant la page blanche, en panne d’inspiration ?
  • Vous avez envie de retrouver une pratique d’écriture, un nouveau souffle d’inspiration, avoir un « cadre » pour propulser de nouveau votre élan créateur ?

Découvrez mon atelier d’écriture en ligne « 28 jours pour écrire avec ma muse »

Portrait de Muse : Dorothée Alliot-Goncalves, libre sorcière

Portrait de Muse : Dorothée Alliot-Goncalves, libre sorcière

Je suis heureuse d’accueillir Dorothée Alliot-Goncalves pour inaugurer cette nouvelle rubrique « Portraits de Muses » qui a une véritable mission: mettre en lumière les histoires des femmes  de tous les horizons et révéler leurs trésors à travers des témoignages et textes intimes profonds et sauvages.

 

Lorsque j’ai rencontré Dorothée la première fois, il y a presque deux ans, lors d’un cercle d’écriture que j’animais, j’ai été envoutée par sa beauté et  cette lumière qui émane avec douceur et puissance de tout son être.

Ses mots sont de la glaise qu’elle va chercher aux tréfonds de son ventre et son petit accent du sud toulousain donne du goût et du piment à sa voix. Lire Dorothée, c’est pénétrer dans une jungle luxuriante et sensorielle d’odeurs entêtantes, d’oiseaux qui roucoulent et de couleurs flamboyantes !

 

Elle nous livre ici quelques pincées secrètes de sa vie et de son chaudron de sorcière !

Vangelis dans les oreilles, un stylo rouge à la main, je vous écris.

Toute simple, je viens de faire le ménage, mes mains sont un peu abîmées et je n’ai pas préparé le repas, mais je vous écris.

J’écris. J’écris comme je parle, comme je respire.

Petite, j’écrivais déjà, et comme je ne savais pas quoi, j’écrivais des majuscules.

C’est beau une majuscule. Je remplissais des lignes, des pages… Et puis, plus tard, j’ai noirci des cahiers de mes peines.

Je suis comme ça, toute simple, toute femme.

Trop droite et parfois bien gauche.

Je cherche mon milieu. J’écris pour le trouver.

Je suis Verseau et Verso. Toujours de l’autre côté.

Toujours en interrogation, toujours où les autres ne sont pas. Toujours je me demande, vers où je vais ? Vers où j’écris ?

A quoi ça rime ? Ou à quoi m’arrimer ?

Je suis un petit bout de poésie, un petit radeau perdue sur l’eau qui se donne des airs de paquebot.

Je suis tout cela et aussi tout le reste. Je regarde l’horizon, les îles lointaines, à l’avant sur la proue. Je suis une femme debout.

LIBRES SORCIÈRES

 

Il fait gris et j’ai froid dans le silence

Mes sœurs et moi, les unes contre les autres

Sous nos masques depuis la nuit des temps

Depuis le jour où l’on nous a chassées

Un soleil orange pleurait derrière les montagnes.

 

Nous avons marché, enchainées, sur un long chemin au-delà de la ligne d’horizon.

La lune était là, nous accompagnant jusqu’au bûcher.

 

Elle nous souriait jusqu’à la dernière flamme.

 

Je l’entendais murmurer à mon oreille :

« Ce n’est qu’un au revoir

Bientôt, bientôt, crois en moi

Je vous délivrerai, je vous délivre déjà. »

 

Des années, des siècles, là, dans le Ventre de la Terre, nous nous sommes réfugiées.

Nos corps en poussière mais nos esprits encore vivants.

 

On s’occupe comme on peut dans notre cave. On fait bouillir les marmites sous les volcans. On donne à boire aux germes. On récupère et garde au chaud les énergies, les sèves, les trésors, les dépouilles.

On s’est accoutumées à notre nouvel espace, blotties au centre de la Terre, dans les cendres de celles que nous avions été.

 

Nos souvenirs sont devenus des légendes

Nos images ont été détruites, salies, souillées, dénaturées.

Nous qui étions si bonnes, si saines, si vraies

Condamnées à l’oubli pour l’éternité.

Nous avions presque oubliée qu’un coin du ciel nous appartient et que le soleil brille aussi pour nous.

 

Et puis, un jour, il planait une musique puissante dans les roches et les argiles. Il nous semblait reconnaître la 7ème symphonie de Beethoven.

Elle venait de plus en plus clair nous appeler.

 

« Venez, venez, c’est le moment chantait-elle.

Sortez, sortez, l’heure est venue »

 

Les émotions contenues jusqu’à lors, dans notre étau de désarroi et de tristesse ont pu jaillir au grand air.

 

« Libre, libre » hurlaient nos âmes.

 

Crescendo, dans un accouchement doux, douloureux et sensuel, nous nous sommes un peu plus assises en Terre, dans l’arc sacré de notre Ventre, plantées à jamais.

 

Et notre âme s’est envolée. Nos âmes sur les archers des violons, emportées par la grâce de la 7ème symphonie de Beethoven.

 

Nos âmes ont volé dans le ciel, nos robes s’accrochaient aux nuages crevant de désir.

Tout se rallumait.

Nous rallumions la flamme au sommet des grands arbres et de chaque brin d’herbe.

Nous rallumions la magie de l’esprit de chaque créature.

Et nous buvions à la rivière de la Vie, oui nous buvions, assoiffées que nous étions.

 

Toutes, la main dans la main, formions une grande ronde.

Nous avons pleuré notre joie et notre souffrance.

Nous avons crié notre douleur, l’injustice et le pardon.

Nous avons hurlé telles des louves et appelé plus loin nos sœurs des autres meutes, des contrées lointaines, d’autres cultures et d’autres Mondes.

 

Unies, nos énergies ne formaient plus qu’une grande lumière blanche, celle que l’on sait sans pouvoir la voir.

 

Oh il ne fallut pas longtemps pour que les êtres s’éveillent et ouvrent les yeux un à un et nous reconnaissent.

Et nous, reconnaissantes, de notre renaissance distribuions les fruits mûrs cueillis par nos mains et portés dans nos tabliers.

 

Nous sommes ainsi, nous ne demandons rien sinon faire ce que nous savons faire : distribuer du bien

Et tisser des draps de lin, de soie, de soin, de dentelle, de poésie, de velours, de vérité.

Nous sommes les accoucheuses des mondes nouveaux, des lendemains qui chantent, des destinées peintes aux couleurs de l’amour.

 

Et alors que nous portions encore nos habits d’humus, nous avons repris notre apparence humaine.

 

Ne touchez plus à nos filles qui arrivent après nous.

Elles sont fortes mais encore fragiles.

Elles sont puissantes et insoumises.

Elles chantent le titane et les diamants

Elles n’ont peur de rien, de rien.

Elles sont plus fortes et plus douces que jamais.

 

Elles sont belles, elles y croient. Elles sont artistes, thérapeutes, médium. Elles sont étudiantes, chefs d’entreprises ou écrivains. Elles sont commerçantes, elles travaillent de leur main, qu’importe.

Elles ont 60 ans ou 2 ans, Elles sont encore dans le berceau mais dans leurs yeux brûlent la flamme de nos bûchers.

 

Elles accompliront leur mission.

 

« Libre, libre » hurlaient nos âmes.

 

Crescendo, dans un accouchement doux, douloureux et sensuel, nous nous sommes un peu plus assises en Terre, dans l’arc sacré de notre Ventre, plantées à jamais.

 

Ne touchez plus à nos filles qui arrivent après nous.

Elles accompliront leur mission.

 

Et nos âmes se sont envolées sur les archers des violons, emportées par la grâce de la 7ème symphonie de Beethoven.

 

Ne touchez plus à nos filles qui arrivent après nous.

Elles accompliront leur mission.

Elles accompliront leur mission.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

INTERVIEW

Chère Dorothée,

Merci de ce texte qui vient faire vibrer nos plus anciennes et sauvages mémoires.

Peux-tu nous dire comment cette énergie archétypale de sorcière a résonné dans ta vie ?

 

Un jour, ma mère a trouvé mon journal intime. Où l’a-t-elle trouvé ?  A-t-elle fouillé dans mes affaires ce jour-là ? Est-elle tombée dessus par hasard ? Ces questions restent encore sans réponse aujourd’hui.

Ma mère m’a paru en colère, apeurée, triste, désespérée. Je ne me souviens plus de tout, il ne me reste en mémoire que la scène finale et la sentence : nous sommes allées au fond du jardin, là où mon père brûlait les feuilles d’automnes et les vieilles branches. Et là, ma mère m’a demandé de brûler le journal.

Et je l’ai fait.

Mon journal, une partie de moi, certainement la plus précieuse, réduit en cendres.

Je me suis sentie brûler de l’intérieur dans une colère immense. Brasier de rage en réaction à l’injustice et à l’humiliation dont je me sentais victime.

J’aurai préféré qu’on me rase le crâne mais ma mère aimait mon allure de jeune fille sage coiffée de tresses brunes.

Ce fut-là mon premier bûcher au pied d’un pêcher… ça ne s’invente pas… Un vieux pêcher rabougri qui donnait des pêches de vigne. S’agissait-il d’un pêcher ou d’un arbre à péchés… ? Je n’avais rien fait de mal, pourtant… Je n’étais pas méchante. J’étais si tendre, si fragile à l’intérieur….mais j’intégrais instantanément que j’étais une vilaine fille, qui écrivait de vilaines choses. J’étais une vilaine sorcière qui faisait le mal.

Dix ans plus tard, j’étais dans une relation très déséquilibrée avec un garçon. Je le trouvais plutôt bête et prétentieux, mais j’aimais tant le regard qu’il posait sur moi. Il me trouvait belle et disait que  j’étais une sorcière qui l’ensorcelait.

Une sorcière ? Je voyais un nez crochu, une verrue, un balai, de la bave de crapaud… j’écartais ce qui semblait être un compliment dans sa bouche. Pourtant ce mot résonnait en moi, il faisait écho à quelque chose de profond.

Les sorcières seraient-elles jolies ? Ce que je savais c’est qu’on les brûlait vives. Et d’y penser me remuait le ventre et remontait alors le souvenir de mon journal intime, en cendres, au pied du pêcher.

J’étais une sorcière, c’était sûr !

Encore plus tard, lors de ma reconversion professionnelle d’un métier bien policé au métier de thérapeute,  le traumatisme de la sorcière sur son bûcher, condamnée par la société est revenu. Oui, j’avais peur qu’on me prenne pour une folle, qu’on me chasse ou qu’on me lynche…

Mais depuis j’ai compris !

J’ai compris qu’une sorcière est une femme qui soigne avec ce qu’elle est : son principe féminin, intuition, empathie, écoute, accueil, connaissance de la nature et de ses cycles ?

Une femme indépendante et émancipée. Une femme qui ne s’est pas rangée derrière un homme et une science.

Les sorcières ne vivent pas au royaume de l’ombre, elles dansent dans la lumière. (Elles ont simplement dû se cacher et sortir la nuit, pour ne pas se faire prendre par ceux qui étaient gênés par elles.)

Les sorcières vous encouragent à trouver votre source de lumière, celle qui vous éclaire.

Maintenant, je vois la sorcière que je suis, lumineuse, toute drapée de blanc, la chevelure flamboyante et sauvage.

La sorcière que je suis est auréolée de soleil.

La sorcière que je suis ressemble plus à une sainte qu’à une diablesse.

Elle ouvre grand ses bras et donne chaleur et repos.

 

Peux-tu nous partager un autre moment clé de ton histoire, moment-levier où tu as décidé de te lancer dans un vie plus libre et créative, qui te ressemble, au niveau personnel et professionnel ?

Une grosse dispute avec mon mari en février 2013, qui durait, qui durait. Tout était sombre et triste en moi. Je me sentais étouffer et m’écrouler. J’ai suivi une intuition : appeler Geneviève, et à partir de là, j’ai suivi le fil de cette intuition, j’ai rencontré Sylvie et cette rencontre m’a donné le courage de me dévoiler et rendre public un changement professionnel qui n’était que la partie montrable du début de ma métamorphose. Puis l’intuition d’animer une émission radio, puis proposer à Carlos d’écrire des poèmes sur ses peintures, puis animer un atelier d’écriture dans un salon d’art, puis me dévoiler davantage encore en montrant mes dessins, puis répondre à l’appel à textes de la PlumeSauvage etc. De fil d’intuition en aiguilles de courage, j’ai tissé, j’ai tissé !

Qu’est-ce qui t’inspire dans la vie ?

La beauté de la nature, la roue des saisons, les couleurs, certaines rencontres « vraies » (quand je parle avec qqun et que j’ai la chair de poule), l’authenticité des gens de la campagne qui ont encore ce qu’ils appellent « le bon sens », les voyages, les musiques de Madredeus et Einaudi, mes cheveux dans le vent.

Comment s’exprime ta créativité ?

De multiples manières : écriture (textes, poèmes), dessin peinture et collage, décoration de mon intérieur (très important car je projette sur mes murs ce que je suis, et je me nourrie aussi de ce dont je m’entoure, ça communique dans les deux sens), mise en place d’ateliers pour les femmes avec découverte d’une pratique aidant à se libérer (chant, mouvement, olfacto, photo…)

Quelle est ton histoire avec l’écriture ? Comment l’écriture est venue dans ta vie, quelle relation as-tu avec elle? Qu’est-ce que tu aimes écrire ?

L’écriture est arrivée très tôt dans ma vie, comme le dessin, car petite fille, j’ai passé beaucoup de temps seule chez moi. J’ai aimé lire et j’ai beaucoup lu. J’ai eu envie d’écrire moi aussi des histoires. J’imaginais des romans dans ma tête que j’essayais ensuite de retranscrire sans jamais arriver au bout. J’ai un monde intérieur très vaste, riche de voyages et de ma double culture.

Ecrire n’a pas de limite, j’ai souvent l’impression que je puise à travers l’écriture, des petits bouts de connaissance de mes vies d’avant. Il me vient des idées, des messages, des images, des sensations qui me semblent d’un autre espace et d’un autre temps. Il y a quelque chose de trans-personnel là-dedans.

Ce que j’aime le plus, c’est ce qui arrive hélas rarement : quand je suis dans un état « second » et que j’écris sans rien maîtriser, en pleurant souvent, c’est alors qu’arrive mes plus beaux textes, comme un trésor bien enfoui que ma douleur est allée déterrer. Dans ces moments là, je me sens être simplement la scribe d’une dimension invisible.

Quel est ton livre de chevet ?

Actuellement, « Les 13 mères originelles » de Jamie Sams

Quelle Femme connue ou moins connue t’a marqué et inspiré dans ta vie ? Pourquoi ?

Oh il y en a tant !
Marie-Madeleine Alliot, la grande tante de mon mari qui m’a initiée, puis plus tard formée à la métathérapie. Geneviève Lacouturière qui  m’a dit un jour avec ses yeux pétillants, : « toi, faut que tu fasses quelque chose de ta grande puissance »
Sylvie Ruscart qui, quand je l’ai rencontrée, parallèlement à son métier d’infirmière, osait parler d’hypnose et développer sa pratique alternative publiquement.
Sandrine Rouillon qui dans ses ateliers a remis un pinceau et un stylo dans mes mains.
Laurence de La plume Sauvage qui a refait battre mon cœur d’écrivain

et sinon :
Teresa Salgueiro, la chanteuse de Madredeus, parce qu’elle est divine
Amma, parce son visage rond, sa bonté et ses robes blanches me parlent, me parlent, me parlent d’une mémoire ancienne.
Et puis il y a les hommes aussi !!!

Un conseil pour être + créative dans la vie ?

Avoir chez soi, un espace de création toujours prêt avec quelques feuilles, de la couleur, des magazines, des matières. Ainsi, il suffit de s’asseoir là et commencer tout de suite (il n’y a pas à tout sortir des placards)

Ma p’tite bio pro

 

Je suis accompagnante. J’aide les personnes à travailler sur leur ressentis intérieurs, à se libérer de ce qui les entrave, à s’accomplir tout simplement. Je suis formée en sophrologie, métathérapie et coaching. Avant, j’étais responsable administrative et financière en entreprise, mais ça, c’était avant !;)

 

Site Web : saccomplir