La petite fille et le prince des Lumières

La petite fille et le prince des Lumières

J’écris. Je ne peux qu’écrire, encore et encore. C’est ma petite fille intérieure qui me le demande, depuis que j’ai rouvert mes cahiers d’écolière ce week-end. Je veux lui être fidèle, lui offrir ce dont elle a toujours voulu faire et rêver : écrire, simplement écrire. Mais quand elle m’a rappelé pourquoi elle a toujours voulu écrire – le vrai pourquoi, ce pourquoi profond que je sais intrinsèquement mais que j’ai tendance à oublier ou à ne pas vouloir entendre, parce que c’est si douloureux parfois… – je me suis coulée dans un torrent de larmes…💖« Je veux des poèmes soufflés à l’haleine fraiche du Prince Bien-aimé.

💖« Je veux que tu écrives des poèmes d’amour, des cantiques divins, des chansons mystiques et que surtout, tu les diffuses comme des baumes, des parfums, des essences pour les cœurs amoureux et les âmes sœurs qui se cherchent. »💖

Oh ! Ma belle chérie, je sais que j’ai enfoui cela si profondément. Je lutte encore pour ne pas « exposer » cela à la lumière, et pourtant, tu as raison, je suis une poétesse amoureuse et mystique dans l’âme.
Ainsi, je m’y engage : je vais désormais publier mes poèmes, mes prières et mes louanges.

Oh ! Ma belle chérie, je te vois encore écrire à la lueur de ta petite lampe, en secret, dans le creux des étoiles et bercée par la lune.
Tu ne dors pas, car tu veilles.
Ton âme attend le Bien-aimé.
C’est de ton enfance que je garde mes insomnies : je veille le Bien-Aimé.

Tu l’as aimé quand il a commencé à venir te parler tout bas, dans ton cœur. Il te parlait et c’était une rivière qui coulait dans ta gorge, une étoile qui brillait sur ton front, un bouton de rose qui palpitait dans ton ventre.
Il était si beau dans sa chemise d’or.
Tu te saoulais de ses parfums.
Il t’a dit qu’il était avec les anges et un jour, il a disparu.

Oh ! Ma belle chérie, oui, j’entends ton amour de petite fille.
Je sais combien c’est douloureux de perdre le Prince de l’Amour et de ne le voir jamais arrivé.
Je sais que tu grandis dans cette attente – sans fin – de Celui qui viendra un jour entonner le Chant sacré de l’Amour.
Tu l’as entendu plus d’une fois au fond du jardin, mais à peine sortie, il a disparu et ton attente s’est transformée en si grande peine que tu as tout fait pour l’oublier, mais tu n’y as jamais réussi.

Oh ! Ma belle chérie, tu écrivais si souvent.
Tu as traversé le Pays des Morts pour le retrouver – plus d’une fois, plus d’une vie -, tu as traversé le Pays des Brumes et des Rêves.
Tu es amoureuse du grand Absent.

Tu le sais, j’ai toujours été fidèle à cette quête.
Je l’ai cherché toute ma vie, mais hélas, je me suis perdue bien des fois.
Inlassablement, j’ai cherché mon Roi dans les yeux des hommes et dans leurs feux, je m’y suis consumée plus d’une fois, et je ne l’ai point trouvé.
Je suis devenue une droguée de l’Amour.
Plus d’une fois, ma vie s’est arrêtée, quand IL est parti. Le souffle coupé, la vie m’a déserté. Je suis restée étrangère au monde, bizarre et passagère.
A chaque rencontre, à chaque éblouissement, jaillissaient des centaines, des milliers de pages.
Je n’ai jamais cessé d’écrire un nombre infini de lettres d’amour, de cantiques amoureux, de louanges érotiques, des poèmes jaillis des unions avec mes amoureux.

Écrire, c’est ma louange au Prince Bien-aimé.
Je n’ai écrit que pour cela : m’unir au Bien-aimé, louer le Bien-Aimé, lui envoyer mes plus belles lettres d’Amour.

Aujourd’hui, après bien de traversées du désert et de tribulations amoureuses, je suis libre.
Il y a 9 mois, j’ai choisi de quitter mon compagnon de route, pour vivre seule, chaque jour, dans la pleine présence en moi-même, mes louanges et dévotions au Bien-aimé.

J’écoute battre le tambour de mon cœur.
Chaque jour, je brule de LE rencontrer.
IL est là, il m’attend, dans ma Chambre.
IL ne m’a jamais quitté.
C’est moi qui l’ai déserté.

Le Miracle est là, chaque jour, chaque instant.
Quand j’ouvre mon cœur, IL se tient là, dans sa toute Beauté.
IL n’a jamais été aussi prêt avec sa crinière d’or et son souffle de cheval, ses reins puissants et son étoile au front.

💖Son apparition 💖
– une seule –
et je suis sauvée.

Laurence

Dans mon désert intérieur

Dans mon désert intérieur

Plus que jamais, j’ai soif de transcendance, j’ai soif de Dieu.
C’est dans mon désert intérieur que cette Soif devient plus vive, plus brûlante.
Peu importe l’aridité et la sécheresse que j’y trouve, ma soif de l’Eau Vive est bien plus forte et me permet de traverser les grandes Nuits de la Solitude comme les claires Lumières du Silence .

Mon désert est ma chambre secrète, mon athanor alchimique.
Il n’est pas forcément un désert de sable, il peut être une grotte, un temple de pierre, une forêt profonde, une montagne…

C’est là que j’y suis nue et que j’y opère mes plus profondes métamorphoses.
C’est là que j’y reçois le Verbe tel un glaive de Feu à deux branches qui pénètre mon Coeur.

C’est là que la Porte du Ciel s’ouvre…
C’est là que dans le Silence, j’écoute la Parole de mon Maitre.
C’est là où le Pays de ma Soif se change en Source Vive.

Si vous avez envie de me suivre dans cet itinéraire de l’intériorité, si vous êtes une chercheuse d’Or et d’Eau vive, rejoignez-moi le temps d’une journée pour vivre une retraite d’écriture chez vous, mais en direct via zoom, en petit groupe sur une journée, le vendredi 22 Mars 2019.
Il reste encore quelques places.

INFOS / INSCRIPTIONS : 👉 https://urlz.fr/98ms
Pour toute participation, merci de vous inscrire via ma boutique.

Portrait d’ELLE : « Ce que j’écris n’est pas de la poésie »

Portrait d’ELLE : « Ce que j’écris n’est pas de la poésie »

PORTRAIT D’ELLE

ELLE,

Elle pense que ce qu’elle écrit n’est pas à la hauteur de ce qu’elle ressent. Elle pense que ce qu’elle a au plus profond d’elle ne peut pas être écrit car c’est bien trop beau, bien trop puissant, bien trop sauvage. Comment de simples mots pourraient exprimer la beauté de ses profondeurs intérieures ? Elle pense alors que ce qu’elle écrit est « petit », que « ce n’est pas de la poésie ».

Elle a été longtemps en marge du monde et vécu dans une yourte dans la foret, avec le plus sobre confort et aux plus proche des esprits de la foret. Elle voue une dévotion sans limite à la Nature et la Déesse Mère.

Depuis quelque temps, elle est revenue vivre dans « la civilisation » et elle découvre Internet, les smartphones… Pour elle, tout est nouveau et elle se demande bien comment elle peut les utiliser. Pourtant, elle ressent l’appel de communiquer son message au monde avec les outils du XXI siècle, de témoigner de ses expériences et surtout d’accompagner et de transmettre tous les enseignements qu’elle a reçu, mais elle ne sait pas comment…

ELLE est une musicienne et chanteuse de l’Âme, de la Déesse. Lorsqu’elle me chante ces textes avec sa guitare et que j’entends sa Voix, je suis époustouflée par tant de beauté, par la subtilité et la finesse de sa poésie. Une poésie instinctive qui se nourrit de la Beauté de Gaïa et de son âme chamanique.

Tout est déjà là, mais elle ne l’entend pas. Quelque chose en Elle ne veut pas l’entendre, cette chose la juge illégitime dans son expression et en tant qu’artiste, et plus particulièrement dans l’écriture.

Dans les séances que je propose, la matière première avec laquelle je travaille est la pâte des textes écrits dans l’ici et maintenant, avec moi. Cette pâte va être « révélée » par la Parole de la lecture à Voix haute, donc mise en voix, mise en vibration et animée de l’Energie de l’Âme. Cette « levée » de la pâte est souvent vibrante d’émotions, de rires et de larmes, car on ne nous a pas appris à nous relire à voix haute. Nous écrivons, nous nous relisons dans le silence et nous rangeons nos carnets dans un tiroir, seul connu de nous-même. En me lisant leurs propres textes à voix haute, chaque femme entend à la fois sa voix physique mais aussi sa Voix intérieure, sa Voix de l’âme. La puissance de cette lecture à voix haute vient aussi du partage très intime qui se tisse entre elles et moi, dans une profonde sororité.

Ainsi, je suis là, avec elle, pour Entendre l’indicible, l’interdit, les non-dits, les blessures mais aussi la musique intérieure, la vibration de l’Unique en chacun, l’Energie de l’Âme à travers les mots qui cherche à s’exprimer et se manifester dans la Matière. Oui, je suis une Oreille pour entendre ce qu’Elle n’entend pas ou ne veut pas entendre. Et tout le travail que je vais faire avec ELLE va se concentrer sur l’écoute et la reconnaissance de sa propre Voix, de sa Voix de l’âme.

Lorsqu’elle me partage ces premiers écrits d’âme, elle lit ses textes d’une voix monocorde, sans tonalité, comme si ils ne faisaient pas partie d’elle-même. Pourtant, ils sont d’une bouleversante beauté… Après plusieurs écrits et lectures, elle n’entend toujours pas. Alors je lui propose de me lire ces textes debout, et alors, elle est submergée d’émotions, ses larmes coulent. Puis pour qu’elle entende, pour que cela « s’encre » dans ces cellules, je lui lis à voix haute ces propres textes. Je peux vous dire que « être lue » par une autre personne que soi est une expérience émotionnelle parfois très forte ! La Beauté vibratoire de ces textes est tellement forte et puissante que nous pleurons toutes les deux…

Alors peu à peu, elle prend conscience que la simplicité qui émane de ces textes est sa Force. Elle entend la Beauté de sa Poésie, de sa Vérité, elle accueille et reconnait sa magnifique vibration d’âme. Elle reconnait que ses textes peuvent toucher, émouvoir et partager son authenticité.

ELLE va cheminer encore et encore pour oser partager au monde ses textes et ses chansons, mais elle sait qu’elle n’a plus rien à prouver et à s’acharner à trouver « une forme » qui correspond à un système ou à ses croyances de « perfection ». Elle sait que tout est en ELLE et que c’est Elle, qui va trouver sa propre forme, cette forme unique qui n’appartient qu’à Elle, vibrante de Beauté et d’Universalité.

**********************

PORTRAIT d’ELLE est une manière pour moi d’honorer la beauté et le talent de femmes que j’accompagne tout en vous partageant mes réflexions et ma manière de travailler.

Je vous invite à découvrir l’accompagnement psycho-sprituel par l’écriture intuitive, la poésie et biblio-thérapie que je propose à travers deux programmes:

NOUVEAU ! PROGRAMME « PHOENIX » – Spécial « Passages, Transitions de vie et burn’out » – 6 mois
http://laplumesauvage.com/ecriture-et-poesie-therapie-acco…/

ÉCRIRE SA VISION D’ÂME – Devenez l’artiste de votre Vie ! 3 Mois
http://laplumesauvage.com/ecrire-sa-vision-dame-de-printem…/

La poésie est l’avenir de la Femme

La poésie est l’avenir de la Femme

Je me suis réveillée ce matin avec cette petite phrase: « la poésie est l’avenir de la femme, il faut ouvrir les cages qui enferment les voix » et j’ai trouvé qu’elle venait à point pour cette Journée de la Femme.
Car oui, la poésie est le Nectar de l’âme des femmes et elle est un Flambeau dont il faut se ré-saisir en ce début de XXI siècle !

La Poésie a sauvé ma vie.

J’ai toujours eu cet amour de la poésie depuis toute petite, cette délectation de la texture, du goût, de la couleur, de la vibration des mots.
Elle est venue à moi naturellement lorsque j’étais adolescente, tant par la lecture des poètes que par l’écriture et elle ne m’a jamais quitté.
Elle a été un baume pour ma dépression d’adolescente, mes chagrins d’amour, ce sentiment de Néant que j’éprouvais viscéralement dans mon existence.
Elle a été l’amie fidèle et consolante durant toute ma vie, tant dans les épreuves que dans les joies.

La Poésie est un arc en ciel qui fait le pont entre le Coeur et le Monde.
La Poésie est le chant de l’Invisible et la fontaine de l’Amour qui coule en nous !
La Poésie est un miroir sacré de notre Être le plus profond. Elle vient sans fard détecter les mensonges et les illusions pour révéler notre Splendeur.
La Poésie est une Voie Radicale pour ouvrir les bouches et sortir les Voix des cages du silence dans lesquelles les femmes sont enfermées.

Lorsque j’ai fait des études de théâtre, j’ai découvert la Poésie Vivante.
La Poésie que l’on dit à voix haute, la poésie que l’on parle, que l’on marche, que l’on crie !
La Poésie que l’on échange, que l’on fait vibrer dans son cœur, dans sa gorge, dans son ventre !
La Poésie m’a permis de sortir d’un mutisme et d’un silence profond dans lequel s’était réfugié mon âme durant mon enfance et adolescence.

La Poésie a libéré ma VOIX et elle m’a donné un magnifique cadeau: celui de devenir le Porte-Voix des Sans-Voix, car je sais « le prix du silence' » quand il est vécu dans l’enfermement et la tour d’ivoire.

C’est avec la Poésie que j’ai commencé mes premiers ateliers d’écriture et de lecture poétique à 23 ans avec des autistes profonds (et oui !), et tout le petit peuple de ce qu’on appelle les schizophrènes, les malades mentaux, les handicapés.
Quel bonheur que de voir même un regard, un geste, une larme qui coule à l’écoute d’un poème ! Quelle joie de voir chez une jeune autiste juste un mot sorti du fin fond de son océan de silence à l’écoute d’un poème, comme si celui-ci venait réveiller une langue enfouie, mystérieuse et kabbalistique !

La Poésie m’a embarqué dans les murs de la Psychiatrie, de l’enfance maltraitée et des personnes sans abri, pendant 20 ans, auprès des personnes démunies de leurs voix et de leur expression.
Mon combat – oui, cela a été une lutte militante, un engagement de tout mon être dans de nombreux collectifs associatifs – n’a jamais cessé pour faire entendre la Voix de ces êtres que l’on laisse à la marge des bancs de la société et qui pourtant ont tant de beauté en eux !

Aujourd’hui, je suis sortie des « murs » des institutions et mon âme m’appelle à faire entendre la VOiX des femmes: les voix muselées, interdites, verrouillées des femmes.
Car en accompagnant les femmes, je vois tellement combien le poids d’un silence millénaire – au-delà du silence lié à l’histoire personnelle – vient hanter les femmes et les empêche d’exprimer pleinement CE QUE JE SUIS !

La Poésie, elle a toujours été là en moi et plus que jamais, en cette journée de la femme, je veux l’honorer et lui rendre grâce.
La Poésie est une arme de pacification intérieure pour tous les cœurs de l’Humanité.
La poésie n’est pas réservée à un petit groupe d’êtres élitistes, la poésie n’est pas une abstraction.
La poésie, c’est la VIE !
La poésie, c’est le Vivant en Nous !
C’est le Verbe, le Pouvoir créateur qui vit en nous !
La renier dans les oubliettes, c’est faire offense à votre Pouvoir créateur !

Alors , chères ami.e.s, en cette journée de la Femme, ouvrez vos fenêtres intérieures, ouvrez les pages des poèmes, faites sortir l’oiseau du Poème qui vibre dans votre Gorge !

Choisissez un poème !
Faites le résonner en Vous à voix haute et laisser agir !
Écoutez à l’intérieur de vous ce qu’il vient distiller, toucher en vous !
Mettez-le en voix, en corps, en mouvement.
Faites le plusieurs fois dans la journée, et écrivez à chaque fois ce qu’il vient toucher en vous.
Laisser couler les mots…
Laissez votre Fontaine d’amour couler pour vous-même, pour le Monde et partagez votre texte !

 

Laurence

Remettre de la Parole là où elle est perdue

Remettre de la Parole là où elle est perdue

Remettre de la Parole là où elle est perdue.
Remettre des Mots là où l’Absence crie.
Remettre de l’Eau Vive là où l’on a déserté
Remettre de la Lumière là où les parties sont oubliées et reniées.
Remettre de la Grâce là où il y a eu injustice et trahison.
Remettre de l’Amour à nos ombres
Remettre de la Joie là où les chagrins sont des rivières.

C’est ce que je fais, chaque jour avec Vous
Avec moi.

Et avec Toi, je me remets entre Tes mains
Je te rends Grâce
Dans la petite chapelle de mon cœur.

Laurence